• Muriel de Saint Sauveur

Le tour du monde des femmes – Singapour

J’ai eu envie d’ouvrir ce blog pour raconter. Tweeter me paraît frustrant, 147 signes ne permettent pas véritablement de partager ses pensées.


J’ai eu envie de raconter les femmes que je rencontre dans mes nombreux voyages effectués pour ma société Mazars, les differences que je découvre quand à leur vie et leurs aspirations. Lorsque je pense à ma responsabilité en tant que Directrice de la Diversité de Mazars, travaillant sur la parité, je pense à l’intérêt d’un pays ou d’une entreprise à inclure les femmes dans leur force de travail. Et à leur permettre d’évoluer jusqu’aux plus hauts postes.


Mais lorsque je pense aux autres femmes en tant que femme moi-même, l’injustice des situations me saute aux yeux. Mais avant de juger faut-il encore comprendre comment les femmes vivent et ce qu’elles souhaitent. Ce blog va ainsi me permettre de partager mes rencontres, mes voyages  et mes lectures. J’espère ainsi vous faire découvrir d’autres femmes, d’autres pays et d’autres livres sur les femmes. Bonne lecture.


Je rentre de Singapour. A Singapour tout marche. Tout fonctionne, vos bagages arrivent sur le tapis vous n’avez même pas passé la douane!  Les deux tours surplombées du fameux bateau sont bien là, entourées de verdure. Singapour est propre, vert, sans encombrement et avec peu de monde dans la rue. Évidemment pour fumer il faut être à 5 mètres de la façade de l’immeuble et il est interdit de jeter sa cigarette par terre. Sinon vous risquez de vous retrouver à nettoyer la plage. Mais en même temps cette propreté est assez agréable. Singapour regorge de grands hôtels connus du monde entier comme le Raffle’s. Moi, je vous recommande la « club street » remplie de petits restaurants sympas, un Café français avec toute la presse et mon petit hôtel, the club, décoré en blanc et noir à la « Stark ». Une boutique Hotel comme on aime dans le quartier idéal pour s’apercevoir qu’il n’y a pas que des tours à Singapour.


La population est composée de chinois, d’indiens et de malais, chacun ayant son quartier et ses quotas dans les écoles. Et les femmes dans cet univers aseptisé ? Dans la rue, elles sont jolies et élégantes. Petites robes et pantalons à la mode occidentale dans un pays où il fait toujours chaud.

Mais derrière cette façade, les traditions sont très solides et la famille demeure le point central. Dans la tradition chinoise, très pregnante dans le pays, les femmes sont élevées dans le but de fonder une famille et de nourrir une nouvelle génération qui à son tour jouera ce même rôle. Auquel cas, tout est fait pour entourer la mère, et même si celle-ci travaille, car elles sont nombreuses dans les bureaux, la famille la soutient. Jusque-là, rien de très étonnant. Ce qui l’est plus, c’est la façon dont la mère est préservée voire plus.


Lorsque la jeune fille sait qu’elle est enceinte, elle entend le partager avec tout le monde et tout de suite. Elle porte alors une large blouse, vêtement connoté pour tous et qui signifie  » je suis enceinte ». A partir de ce moment pas question de s’amuser, de se maquiller ou de faire la fête. C’est mauvais pour le bébé. Donc repos, et calme. Mais ce qui est vraiment intéressant, c’est le mois qui suit l’accouchement. Durant tout ce mois, la nouvelle mère a interdiction de sortir de sa maison voir de son lit, et elle ne doit rien faire. La famille que ce soit une mère ou une belle-mère s’occupera du bébé et de la maison durant ce temps où la mère doit se reposer. Si elle n’a pas de famille, elle prendra une nounou et ce n’est pas une question de moyen, c’est ainsi pour toutes quels que soient leurs revenus. J’en connais certaines qui donneraient bien leur liberté d’un mois pour pouvoir se reposer! Son congé de maternité durera en tout 3 mois payés. Et comme toute la famille va s’occuper des enfants, la mère retourne travailler sans problème. Elles sont ainsi assez nombreuses dans les bureaux mais ne le sont toujours pas à la tête des entreprises ou du gouvernement.


En Occident, la femme est laissée à elle-même après son accouchement et si elle n’a pas à coté d’elle de mère accueillante, elle se retrouve seule. La liberté a bien un prix.

0 vue

Posts récents

Voir tout

© 2020 par Women Masterclass.
Créé par My Marketing Toolbox

  • Women Masterclass sur Facebook
  • Women Masterclass sur Twitter
  • Women Masterclass sur LinkedIn
  • Women Masterclass sur Youtube