• Muriel de Saint Sauveur

La fin des hommes aux US contre l’enfermement des femmes au Maghreb, quel monde choisir ?


Un coup d’œil sur le monde ne nous rend pas très optimiste en ce moment. 

Mon amie Soukeina m’appelle de Tunis, et me décrit le double langage des gouvernants et des opposants dans son pays. La société civile est mobilisée et les femmes n’ont jamais été aussi attaquées tout en étant aussi ignorées.


C’est un moment unique comme dit Soukeina mais ce n’est pas un moment dont on a envie de se souvenir. Peu d’articles en tous les cas depuis ceux sur le viol de la jeune tunisienne par des policiers, seuls les attentats semblent intéresser la presse.


En Turquie où j’étais la semaine dernière, les femmes sont inquiètes aussi. Leur premier ministre suggère que chaque femme ait au moins 3 enfants pour soutenir le développement du pays. Mais comme les nounous valent au bas mot 10 000 Euros par an, peu d’entre elles pourront en avoir une. Résultat, elles n’auront plus qu’à rentrer à la maison.  Il n’en demeura pas moins que si 25% de femmes travaillent, ce qui est très peu, elles sont 12% des femmes qui travaillent à diriger une entreprise. Comme quoi celles qui tentent l’histoire réussissent.


Et à l’inverse le Financial Times se demande si c’est la fin des hommes dans un excellent article paru le 5 octobre dernier.  Aux Etats-Unis, les hommes se demandent comment survivre à la domination féminine, et si l’homme protecteur a encore une raison d’être. Nous n’avons pas l’impression de vivre dans le même monde que ma copine Soukeina.


La France manifeste contre le mariage homosexuel, nous qui pensions les français ouverts, sont finalement bien traditionnels dans leur façon d’appréhender le couple.

Quant à nos hommes politiques, les deux candidats à l’UMP se battent à coups de micros et de discours comme s’ils étaient dans la cour d’école et préfèrent payer 20 millions d’Euros sur 5ans, oui vous avez bien lu, 4 millions par an, afin d’éviter de nommer des femmes. La gauche a de la chance d’avoir un Ministre pour l’instant remarquable car elle est bien seule à porter le sujet.


Au fond, on en revient toujours au même, il faut travailler sur les stéréotypes. Pourquoi existe-t-il dans les manuels scolaires des descriptions du féminisme qui nous renvoie à la cuisine ? Et il serait bon d’interroger les hommes sur leurs idées de l’égalité.


C’est mon prochain sujet, je vous en parlerai car j’aurais peut-être besoin de votre aide.

0 vue

Posts récents

Voir tout

© 2020 par Women Masterclass.
Créé par My Marketing Toolbox

  • Women Masterclass sur Facebook
  • Women Masterclass sur Twitter
  • Women Masterclass sur LinkedIn
  • Women Masterclass sur Youtube