• Muriel de Saint Sauveur

Comment les études disent ce que l’on veut leur faire dire

Non les hommes qui font le ménage ne divorcent pas plus que les autres. Une récente étude menée par une société norvégienne portant sur 15 000 personnes voudrait nous laisser croire que si les hommes partagent les tâches domestiques avec nous les femmes, cela entraîne des divorces.

Résumons: Les couples où le partage des activités du ménage est comptabilisé et mis en avant par l’un ou par l’autre des partenaires seraient des couples potentiellement plus conflictuels, du fait du formalisme et de la rigidité de l’un ou l’autre partenaire. L’étude révèle que le taux de divorce de ses couples est supérieur de 50%.

Et les journaux français de se précipiter en affichant en titre: « tâches ménagères et taux de divorce: chiffres parallèles ». Certains s’en réjouissent immédiatement, ceux qui pensent que c’est à nous de faire le ménage ou les courses. 


Il y a bien une autre manière de regarder ces résultats. Les couples qui partagent les tâches ménagères ou les activités de la maison sont en général des couples où les deux travaillent. Qui dit travail dit indépendance financière et autonomie. Ne serait-ce pas parce que la femme devenue indépendante dans ces couples n’a plus aucune raison de rester avec un homme qu’elle n’aime plus et pouvant assumer son indépendance, n’hésite pas à divorcer? Mais je n’ai trouvé nulle part cette interprétation. Au contraire, je lis l’analyse qui en est fait et qui porte sur le fait que répartir les tâches dans un couple serait un formalisme tellement rigide que personne n’y survivrait. La question posée serait alors: l’indifférenciation des rôles est-elle synonyme d’une éventuelle fragilisation des couples?  


Je n’ose même pas imaginer ce que celui qui a écrit ceci peut penser. A savoir que les femmes doivent rester dans leur rôle de femmes tout comme les hommes d’ailleurs, faute de quoi le couple serait en péril?


Je constate avec effroi que nous avons encore du chemin à parcourir aux vues des commentaires sur cette étude.

Heureusement que nous avons le Women’s forum la semaine prochaine pour nous remonter le moral. Mazars y sera, j’y serai.


Alors à la semaine prochaine à Deauville.

0 vue

© 2018 par Women Masterclass.
Créé par My Marketing Toolbox

  • Women Masterclass sur Facebook
  • Women Masterclass sur Twitter
  • Women Masterclass sur LinkedIn
  • Women Masterclass sur Youtube